Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MALI/PAYS DOGON EN JANVIER 2010

Publié le par JHLBORDO

Lundi 11 janvier 2010 : nous atterrissons à 6 h du matin à SEVARE, heure locale (avons deux heures de retard) car avons décollé à minuit trente donc pas dormi de la nuit. Nous cherchons nos bagages sur le tarmac dans le noir et remplissons nos fiches de police debout sans rien voir….(L’aéroport est en rénovation – il sera efficace dans un an). Notre guide Amadomo m’a prévenu deux jours avant notre départ de France qu’il ne pourrait pas être présent les deux premiers jours car il doit passer un examen en dernière minute. Nous devrons nous débrouiller sans lui à MOPTI.

Un mini-bus de l’hôtel YASPASDEPROBLEME est là et fatiguées nous nous engouffrons à bord dans le noir et arrivons à l’hôtel. Le véhicule ne nous était pas destiné… Nous occupons des chambres qu’il faudra ensuite déménager et organisons notre journée avec un guide improvisé qui d’abord emmène Françoise sur sa moto changer des euros à la banque à un taux plus favorable qu’à l’hôtel. Ils reviennent sains et saufs et il nous emmène sur le fleuve BANI et nous laisse avec un pinassier pour visiter les villages sur les îles. Nous découvrons les villages touaregs ou bozo et les enfants nous accueillent espérant des «cadeaux ».   LE BANIMoment de détente sur le fleuve et découverte de MOPTI et son port dans une lumière bien particulière de ce paysage animé : la population qui se baigne, lave du linge, le fait sécher sur les berges, pêche, transporte des marchandises, vend sa production. Nous déjeunons vers 14 h au Café BOZO et apprécions le poisson «Capitaine » + riz et bière et de la terrasse admirons longtemps la vie du port. Retour vers l’hôtel à pied et petits achats de colliers, bracelets…LA-FERME-A-MOPTI.jpg. Puis balade dans la campagne derrière où nous découvrons une ferme et une famille de 9 enfants avec qui nous discutons près du puits. Un troupeau important de zébus passe ainsi que des chèvres et paysans en vélo ou à pied.

Nous dînons à l’hôtel, sur sa terrasse toujours aussi sympa = poulet yassa et au lit à 21h.

Nous négocions le tarif de la journée du lendemain pour aller visiter DJENNE.
 
Mardi 12 janvier 2010 : Petit déjeuner et départ pour DJENNE à 8 h 30 en voiture PEUGEOT 106 en mauvais état mais qui a tenu le coup pendant les 2 h 30 de trajet. Passage du bac près de DJENNE pour les voitures et les passagers sur une pirogue ainsi qu’un cheval tenu par sa bride dans l’eau. Visite guidée de la ville par BILL (surnom). PASSAGE DU BAC A DJENNESa grande Mosquée en banco en travaux suite aux pluies exceptionnelles du mois de novembre et ses ruelles typiques flanquées de maisons de style soudano-marocain (bois clouté). Il fait chaud, environ 35°. Halte repas chez BABA : couscous poulet + eau + café. Retour à MOPTI par la même route et même bac et cette fois-ci avons deux motos avec nous dans la pirogue. Diner à l’hôtel : soupe + pommes sautées et une grande bière. Françoise nous quitte pour aller se coucher car un peu malade. Nous discutons avec Olivier, le propriétaire français de l’hôtel toujours aussi sympathique. Coucher à 22 h 30.
 
Notre guide Amadomo « Domo » m’a prévenu par SMS qu’il serait à l’hôtel à 7 h demain.

 

Mercredi 13 janvier 2010 : Petit déjeuner et arrivée de notre guide AMADOMO de INDELOU, village aidé par l’Association MEREBARA INDELOU, et sommes ravies de faire sa connaissance. Il est très souriant et le moment tant attendu est là : départ en Pays Dogon à bord d’une Peugeot 504. Quelques courses en chemin : confiture, eau minérale, pain. Visite du village SONGHO et ses peintures et continuation sur INDELOU où nous déjeunerons à 14 h : couscous + papaye et eau. Domo nous fait visiter son village, ses zones sacrées, sa maison et sa famille dont son père, sa grand mère.

   VILLAGE-INDELOU.jpgGRENIERS-A-MIL.jpg

Nous avions acheté de la KOLA et Domo indique  à Françoise à qui en donner car c’est une coutume Dogon d’offrir de la Kola aux anciens que l’on rencontre. Le village d'INDELOU est très accueillant.

En fin de journée, nous remettons un gros sac de vêtements que nous avons apporté de France au Responsable du Matériel qui fera la distribution dans les familles les plus démunies. Nous entrons dans sa maison, il termine son repas au sol, sans électricité et une des filles met du sucre en poudre dans des sachets plastique qu’elle ira vendre au marché. Nous passons au campement de ABEL qui a sa petite fille de 6 mois dans les bras et lui parlons de Chantal, notre amie de Montpellier qui a passé 3 jours dans son campement en novembre 2009. Nous buvons un coca-cola et allons dîner à notre campement de nouilles en sauce et papaye et ce sera notre première nuit sur la terrasse de la maison, sur des matelas à la belle étoile – beau ciel étoilé magnifique mais difficile de dormir car beaucoup de vent qui nous balaye le corps sans cesse. Lever de soleil.

A vrai dire ce sera ma première fois à la belle étoile car j’avais toujours réussi de dormir soit sous une tente, soit dans une case mais devant la majorité je n’avais pas envie d’être seule en bas sous un toit de mil qui perd ses branches et autres sous les pas des habitants de la terrasse.
Le lendemain matin nous partons et quittons nos amis en passant par  le puits dont la construction a été financé par l'association MEREBARA INDELOU (en Gironde)
 
           LE PUITS A INDELOUil sera mis à niveau aux prochaines pluits. Nous rentrons dans l’école où les élèves s’installent. Les petits enfants nous prennent la main pour faire un petit bout de chemin sur notre départ.

         L'eau a jaillit à INDELOU le 19 décembre 2009!

Monique part au Mali, beau cadeau et récompense de notre travail et de votre soutien, tout le village remercie l'association Mérébara Indelou pour cette venue tant attendue. 

                                LE PUITS-19.12.2009

Jeudi 14 au lundi 18 janvier 2010 : Nous sommes maintenant à pied pour 5 jours de randonnée en traversant de beaux paysages, en passant par les villages de KONSOGOU-LEY, DOUROU, NOMBORI où le soir un spectacle est organisé en notre honneur : des joueurs de tamtam font danser des femmes qui à chacune leur tour entrent au centre et dansent en sifflant avec un sifflet, les hommes participent également et chacun y va selon son inspiration. J’ai fait une timide tentative….Ai fait une petite video mais invisible car pas assez de lumière. J’essaierai d’installer le son. Nous avons une charrette tirée par un zébu, qu’Alice a baptisé DD, qui transporte nos bagages…
 AMADOU-ET-CATHY---DD.jpg.Amadou mène son animal avec affection. Chacune notre tour, nous ferons l’expérience de la charrette pour voir la campagne de plus haut. Alice en a bien profité surtout le dernier jour où l’ascension de la falaise lui a fait peur et a donc rejoint le campement sur la charrette. Domo et Amagarra nous conduisent en nous montrant les arbres et leurs fruits : le baobab et ses pins de singe que nous goûtons (très bon), le rhônier LE-RHONIER.jpget ses fruits, les dattiers sauvages, le balazan, le karité, le neem, l’acacia, l’eucalyptus, etc…

 

Nous dormons toujours sur les terrasses des campements, à la belle étoile avec moins de vent. La voûte céleste est magnifique.

Nous traversons TELI, AMANI où se trouve la marre aux crocodiles sacrés que nous approchons avec prudence. Nous en voyons au moins 5. Ce soir là aussi nous aurons droit à un concert de chants pour la lutte contre l’excision – Surprise totale car le propriétaire du campement est en effet en lutte contre cette pratique.                                                                                                                             

Nos repas se composent de macaronis, riz ou couscous avec du poulet et des bananes et beaucoup d’eau car il fait très chaud dans la journée surtout entre 11 h et 16 h.

Toujours beaucoup de troupeaux de zébus, chèvres, moutons. Il y a un énorme potentiel de bétail mais il semble que ce sont des bergers qui travaillent pour des propriétaires et les bêtes sont vendues particulièrement au SENEGAL.

Nous continuons sur BANANI, nuit à IBI et le lendemain nous escaladons la falaise à mi-hauteur pour atteindre le village de KOUNDOU qui a plusieurs quartiers haut et bas. Sur le plateau nous découvrons des jardins maraîchers et ses différents verts. Cultures de l’oignon, carottes, salades, aubergines. Très beau village. Descente scabreuse dans les rochers, grande échelle à franchir dans un canyon, faille impressionnante. Beaucoup d'arbres de toutes espèces. Arrivée à YOUGANAH au campement plutôt sommaire.LE BAOBAB AIME

Françoise a sorti sa palette d'aquarelles et à plusieurs reprises a croqué les greniers à mil, les masques, des visages, un coucher de soleil avec succès. Voir le dossier "AQUARELLES".

Les trois YOUGAH = notre dernier jour de randonnée nous devons escalader la falaise pour voir les trois villages creusés dans la falaise. Ascension très difficile pour moi car je suis malade et heureusement que deux guides supplémentaires me tirent de temps en temps pour me hisser de rocher en rocher. Je suis au bord de l’évanouissement et je dois m’allonger quelques fois pour reprendre mes esprits. YOUGA-PARIJe ralentis le rythme de chacun mais finalement nous pouvons bien voir ces trois villages exceptionnels à flan de falaise et trouvons de l’artisanat, un endroit pour manger et y traversons encore des jardins de toute beauté où les paysans travaillent arrosant les cultures à l’aide de calebasses.
Nous arrivons au campement de YENDOUMA, enfin je termine les derniers 4km sur une moto, dans le sable car DOMO a eu pitié de moi et me voyait mal marcher encore pourtant j'étais prête à faire ce dernier effort - en fait quel soulagement. Nous retrouvons Alice qui avait enisagé la difficulté et a préféré faire le trajet sur la charrette avec Amadou. Bonne douche et bon repas puis nuit agitée.
 
LE DERNIER JOUR A MOPTI, le 24 JANVIER 2010 = CONCERT DE BALAFONS

C'EST UN BEL "AU REVOIR"

et encore MERCI à notre guide AMADOMO qui nous a fait visiter son pays avec beaucoup de gentillesse. N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez organiser un voyage au MALI.

 

  AMADOMO.jpg

               AMAGARA                          AMADOMO                            AMADOU